Comment choisir son gel hydroalcoolique ?

Gel hydroalcoolique

En France et dans bien d’autres pays, le gel hydro alcoolique a été l’objet de controverses. En effet, depuis le début de la crise du coronavirus, les autorités préconisent de se laver les mains avec une solution hydro alcoolique pour éradiquer le virus. Seulement, la composition de certains gels ne garantirait pas l’éviction du virus. Beaucoup de gels non virucides entretiendraient en effet la confusion pour pouvoir être achetés et consommés. Mais alors comment choisir son gel hydro alcoolique pour bénéficier d’un produit efficace et surtout virucide ?

Attention aux gels non virucides

De nombreuses marques de solutions hydroalcooliques ont été épinglées pour leur taux d’alcool. En effet, lorsqu’il n’y a pas assez d’alcool dans la composition du gel, celui-ci ne pas pas éradiquer les virus. En Australie par exemple, des marques ont été épinglées pour avoir commercialisé des produits contenant 23% d’alcool alors qu’il était affiché 70%. Il existe donc des gels dont la composition est mensongère.

En France, des marques de cosmétiques connues vendent des gels qui ne prônent pas une composition de 70% d’alcool. Cependant, ces marques jouent avec l’ambigüité en proposant des gels qui ressemblent aux gels hydroalcooliques, qui contiennent de l’alcool, mais qui ne sont pas virucides. Ces gels sont considérés comme des soins nettoyants pour les mains mais ne sont en rien des gels désinfectants. Il faut donc être vigilant et vérifier la proportion et le degré d’alcool contenu dans le gel avant de l’acheter. Pour un large choix de gels virucides normés, vous pouvez vous diriger vers le site Medisafe.

Faire attention à la composition

Pour qu’il soit efficace et virucide, le gel doit contenir entre 60 et 80% d’alcool. Sa concentration est nécessairement inscrite sur l’étiquette. La concentration d’alcool est l’élément qui garantit l’effet désinfectant et virucide. Mais quels sont les alcools à privilégier ?

  • l’éthanol ou l’alcool éthylique
  • le propane-1, propanol ou alcool propylique
  • le propane-2, isopropanol ou alcool isopropylique

Par ailleurs, au-delà de leur concentration en alcool, les solutions hydroalcooliques doivent être composées au maximum de 4 ingrédients, à savoir :

  • de l’alcool
  • de l’eau
  • du peroxyde d’hydrogène
  • du glycérol

Ainsi, lorsqu’on regarde une étiquette, il faut se concentrer sur le taux de concentration d’alcool mais aussi sur le nombre d’ingrédients. Moins il y a d’ingrédients, mieux c’est. Certains gels contiennent du parfum ou du colorant. Mieux vaut choisir les gels les plus simples pour éviter une potentielle réaction allergique. De plus, les étiquettes sont généralement formelle. L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) est d’ailleurs claire à ce propos puisqu’elle affirme que la norme EN14476, qui éradique les virus comme la Covid-19, est affichée sur l’étiquette des gels virucides efficaces. Mieux vaut donc choisir un gel normé.

De plus, les gels qui présentent sur leur étiquette la composition, le nom de la solution, le nom du fabricant, le numéro de lot et la date de fabrication, sont bien plus fiables.

Un autre moyen de vérifier qu’un gel hydroalcoolique est efficace et son évaporation. Plus un gel s’évapore rapidement, plus il est efficace.

Acheter son gel en pharmacie

Pour éviter tout problème et toute confusion, il vaut mieux éviter les achats sur le net. Mieux vaut privilégier un gel vendu en supermarché ou en pharmacie. Car la plupart du temps, ces produits sont achetés directement à des laboratoires pharmaceutiques contrôlés. Ces produits sont donc soumis à un contrôle qualité avant d’être livrés. Par ailleurs, les pharmaciens peuvent créer leur propre solution hydro alcoolique. Or ils doivent respecter la formule du gel dictée par l’Organisation Mondiale de la Santé au gramme près. Il n’y a donc aucun doute sur le gel vendu en pharmacie.

Eviter les gels faits maison

Sur internet on trouve de nombreuses recettes et DIY pour réaliser son gel soi-même. Cependant, il faut faire extrêmement attention car toutes les recettes ne se valent pas. En effet, certaines recettes sont sans alcool, d’autres proposent d’utiliser de la vodka ou d’utiliser des huiles essentielles. Mais une solution hydro alcoolique répond à des besoins précis. Elle doit donc être réalisée avec une composition stricte et non aléatoire, à l’image des gels produits par les pharmaciens.

Si vous décidez malgré toutes les recommandations de réaliser un gel virucide, assurez-vous d’utiliser un alcool à plus de 60° mais attention, il ne faut pas non plus appliquer de l’alcool à 90° directement sur les mains. Bien que celui-ci va tuer les virus, il va également abîmer vos mains.

Par ailleurs, lorsqu’on décide de faire soi-même son gel, il faut faire attention à utiliser des ustensiles désinfectés. Pour éviter toute contamination, il faut donc se laver les mains mais aussi les ustensiles. Mais lorsqu’on fait des produits soi-même à la maison, les conditions d’asepsie (c’est-à-dire les méthodes pour éviter d’introduire des microbes au sein de l’organisme) sont difficiles à avoir. C’est pourquoi il est déconseillé de faire du gel chez soi.

En résumé

  • Mieux vaut se procurer un gel vendu en supermarché ou en pharmacie.
  • Il faut éviter d’acheter du gel sur internet ou faire son gel soi-même.
  • Vérifiez avant tout que le gel contient entre 60 et 80% d’alcool. S’il en contient moins de 60%, ce n’est pas bon.
  • Vérifiez que la liste d’ingrédient soit très courte, avec seulement quatre ingrédients.
  • Vérifiez qu’il y a la norme En 14476 sur l’étiquette.
  • Le gel ne doit pas coller mais doit s’évaporer très rapidement.

Si vous faites bien attention à tous les critères, vous ne risquez pas de vous faire avoir et de vous procurer un gel qui ne vous protège pas. Ce serait quand même dommage d’utiliser un gel qu’on pense être efficace mais qui ne vous protège pas des virus. En faisant attention à la composition des produits, vous vous protégez de la malhonnêteté de certaines marques et vous protégez votre santé.

Quels sont les principes des normes HACCP pour les entreprises de nettoyage ?
Qu’est-ce que le HACCP ?