Toutes les activités qui consistent à produire des aliments sont  très sensibles. Une mauvaise qualité produit ou la présence d’un corps étranger ou de produits chimiques à risque dans celui-ci peut entraîner des problèmes chez les consommateurs. Dorénavant des décrets, des lois obligent les entités concernées à suivre une formation.

Qui sont concernés par cette obligation

Les entités qui sont obligées de faire une formation sont les entités de restaurations commerciales :

  • Les fast-foods ;
  • Les entités de restauration traditionnelle ;
  • Les cafétérias ;
  • Les vendeurs de repas mobiles, ou les véhicules restaurants ;
  • Les pizzerias ;
  • Les salons de thé ;
  • Les restaurants des complexes hôteliers, des navires de croisière ;
  • Les associations qui partagent des repas ;
  • Les bars offrant un service de restauration

Les entités et personnes dispensées :

  • Les personnes ayant un back-ground d’une durée de 3 ans minimum dans le domaine Agroalimentaire pour prouver l’expérience.
  • Les personnes ayant un certain diplôme sont aussi dispensées de formation : par exemple un BEP en restauration et d’autres diplômes spécialisés en restauration, etc.

Se former à l’hygiène alimentaire

Suivre une formation sur l’hygiène alimentaire est devenu une obligation pour certaines entités, notamment pour ceux qui proposent des nourritures ou des boissons destinées à être consommer  directement c’est-à-dire les restaurants de commerce. Elle permet aux entités concernées de se conformer aux normes et aux règles européennes et françaises : HACCP, BPH et BPF, la traçabilité, la construction de plan de contrôle sanitaire.

La formation concerne : L’hygiène et les différentes manipulations, la cuisson, le refroidissement et la conservation, la durée limite de consommation du produit, la mise en place d’un schéma HACCP de la fabrication et des démarches HACCP, Microbiologie Alimentaire …

La formation ne peut être donnée que par des organismes ayant une habilitation. Et le coût de cette formation s’élève à 200 euros et peut aller jusqu’à 450 euros.

Quelles sanctions en cas d’infraction ?

La loi européenne et française est très stricte sur le sujet. S’il venait qu’une infraction soit constatée, conformément à l’article L.233-1  du CRPM, l’entité sera sujette de mise en demeure et dans un délai donné il devra effectuer une formation. Si dans les délais impartis l’entité n’a pas suivi la formation, d’autres sanctions seront prises.

Pour prévenir toute sanction, avoir une ou plusieurs personnes ayant l’attestation de formation est vivement conseillé pour évoluer avec les normes et les exigences de la société.